En nous recevant l'après-midi du 25 octobre dans son jardin situé aux portes de Limoges, Francis nous précise qu’il a 2 passions... La première nous saute aux yeux dès l’entrée : des dizaines et des dizaines de bonsaïs occupent l’espace proche de l’habitation !

301

Combien sont-ils ? Nous n’avons pas compté. Plus d’une centaine probablement. Les plus spectaculaires et les plus vénérables, qui ont été mis en scène dans la petite cour et autour de la terrasse, nous interrogent en ce qu’il a fallu d’années et de soins minutieux pour obtenir un pareil résultat.

304

Impressionnant ce qu’un passionné arrive à obtenir dans ce domaine ! Et quand on est, comme Francis, imprégné de la tradition japonaise, il est logique que l’érable en constitue la continuité.

306

On trouve ceux-ci partout dans son terrain, dont quelques cultivars fort rares, desquels il récolte graines et plants qu’il transplante dans sa pépinière, laquelle en comporte actuellement plusieurs centaines ! 

323

En avançant sous sa conduite progressivement vers le haut du terrain, nous découvrons d’abord un jardin d’ombre zen, tapis de mousse orné de lanternes japonaises de fabrication maison pour la plupart, voisinant avec un magnifique exemplaire de granite poli.

334

Nous montons tranquillement, surveillés par des bouddhas assis embusqués dans la végétation, pour découvrir un à un les trois grands bassins creusés par Francis, et tous environnés de chaos de gros blocs apportés là par quelque géant.

369

Le 1er, avec son petit pont, celui aux carpes koï et à la maison de thé, et le 3ème, le plus minéral, bordé d’une profusion d’érables. Le jardin n’est pas ouvert au public mais Francis et Arlette, son épouse, y reçoivent volontiers leurs amis amateurs de jardins...

358

Et ils sont nombreux, fort heureusement quelques fois, comme celles où il a fallu pas moins de 20 costauds pour transporter et mettre en place les membranes en caoutchouc (de plusieurs centaines de kilos) de chacun des bassins !

335

La structure de la maison de thé a été, cotes à l’appui, dessinée par un ami charpentier, Compagnon du Devoir, et la toiture réalisée par de jeunes couvreurs, compagnons également.

353

Francis a beau dire que tout est artificiel dans son jardin (ce qui est vrai), sur tout notre parcours, de quelque côté que l’on se tourne, on se trouve face à une scène, un ensemble minéral ou végétal, ou bien un aperçu digne d’intérêt.

337

Certes, il lui reste encore selon ses plans à terminer la maison de thé, à réaliser le jardin zen minéral du haut (avec ses « poteries musicales ») et sans doute aussi la circulation de l’eau entre certains de ses bassins. En somme... presque rien par rapport au déjà fait ?

362

S’il le veut bien, nous reviendrons constater tout celà dans quelques années. Mais toujours est-il que nous nous sommes à nouveau régalés ! Merci à Francis, toujours aussi ingénieux et infatigable dans ses commentaires, et à Arlette pour nous avoir si bien accueillis.

382

Si vous souhaitez regarder les 30 photos de l'album "2019/10 Jardin de Francis", cliquez ici

349

Pierre (photos Gilles)