Les réservations effectuées auprès de Noëlle indiquaient clairement que cette journée allait être historique pour La Digitale (en tous cas, pour l'actuel conseil d'administration).

001

Et, effectivement, elle le fut car c'est quasiment une cinquantaine de personnes qui s'est retrouvée à Bussièras (commune de Fransèches) où ce petit village a sans doute connu, le lundi 22 avril 2019, le premier embouteillage de son existence ! 

006

Parmi cette imposante "foule", signalons la présence d'un groupe de 8 italien-ne-s venus faire connaissance avec les petits et grands bijoux patrimoniaux que Noëlle nous propose à présent de découvrir...

005

Denis, notre hôte, qui restaure et sauvegarde le plus d'éléments du patrimoine bâti de Bussièras qu'il peut, commence la visite en montrant à notre aimable et indiscipliné groupe une ancienne fontaine du village, laquelle est alimentée par une source depuis des siècles.

002

Son locataire (qui habite dans une des maisons rénovées) nous explique comment il a appliqué le fruit d'un stage "construction en pierres sèches" en élevant un superbe mur au bout de son jardin. 

003

Denis parvient à nous entraîner à sa suite vers une grange au pied de laquelle il nous détaille toutes les astuces de construction des paysans creusois, notamment celles permettant d'obtenir, sans électricité, la ventilation idéale dans les bâtiments où étaient stockées les récoltes.

004

Avec fierté, il nous montre ensuite le pigeonnier : c'est la 1ère bâtisse de Bussiéras à laquelle il a donné une nouvelle jeunesse (suscitant ainsi l'admiration de Noëlle, laquelle nous avait auparavant fait l'éloge de ce pigeonnier).

007

Notre important groupe n'a pas résisté à l'humaine tendance à la dispersion, si bien que certains n'auront sans doute pas entendu Denis nous dire qu'au 19ème siècle, de petites canalisations amenaient l'eau dans des fontaines en pierre où les habitants du village pouvaient la puiser.

008

Nous découvrons ensuite la forge (il y en avait une dans chaque village et plusieurs dans les bourgs) et certains d'entre nous remarquent l'ingénieux système d'évacuation de la vapeur (produite par l'acier brûlant quand il est plongé dans l'eau pour le "tremper").

009

Dans la foulée, Denis nous entraîne dans une autre partie du village où il nous fait visiter les maisons qu'il lui reste encore à rénover et nous découvrons ainsi l'ampleur de la tâche qui l'attend... pour les années à venir. 

012

L'heure du pique-nique arrive et Denis, après avoir gentiment offert l'apéritif à ceux qui le souhaitaient, met à notre disposition son jardin, sa terrasse et, en prime, offre le café à la fin du repas. Le temps est radieux et le soleil brûlant.

013

L'heure est venue de nous rendre à notre prochain rendez-vous : nous reformons notre impressionnant convoi de voitures et, avec fébrilité, atteignons le château d'Etangsannes. Notre groupe s'y renforce encore et nous dépassons désormais la cinquantaine de visiteurs.

017

Le châtelain nous retrace l'historique de ce château moyen-âgeux qui faisait partie d'une ligne de forteresses destinées à défendre la frontière du royaume de France. A l'époque, le mot que l'on utilisait pour désigner cette frontière était... marche.

018

Le propriétaire du château nous entraîne dans son sillage et nous fait ensuite découvrir qu'en plus du système de défense propre au château, des soldats pouvaient décimer les assaillants par des tirs-croisés lancés à partir des dépendances agricoles.

021

Nous nous éloignons ensuite du château (dont nous brûlons tous d'envie de visiter de l'intérieur) pour passer entre le château et les "douves" (devenues un étang) où nous voyons des carrés emplis d'eau (d'anciennes pêcheries ou cressonnières).

022

Revenus au pied du château, nous devons nous scinder en 2 groupes pour pouvoir visiter enfin l'intérieur du logis, l'un étant conduit par Madame et l'autre par Monsieur.

024

Nous nous engouffrons donc à leur suite, franchissant joyeusement l'unique porte de cette demeure. En effet, si le château a été percé de larges fenêtres à la Renaissance, il ne possède, encore et toujours, qu'un seul accès.

025

Notre groupe commence sa visite par le rez-de-chaussée où trône aujourd'hui une confortable cuisine, équipée d'un moderne "piano" (digne d'un petit chef) et d'un antique combiné four-cuisinière en brique (probablement devenu inutilisable).

026

Nous enchaînons par ce qui a tout l'air d'un bureau, équipé rationnellement d'une table, d'un fauteuil, d'une cheminée en marbre et d'un prie-dieu, le tout ayant traversé différents siècles de notre histoire.

027

Les pièces du logis se succèdent ensuite et virevoltent dans notre mémoire après s'être rendues accessibles par le bel escalier de pierre qui s'enroule dans la plus petite des 2 tours rondes. Au 1er étage, nous écarquillons les yeux devant le surprenant plafond de l'armurerie.

029

Nous ne sommes cependant pas au bout de nos surprises et dévorons goulûment un boudoir galant et quelques chambres à coucher (dont l'une possède un plafond peint qui arracherait des larmes de bonheur à n'importe quel-le ministre de la culture osant s'égarer en Creuse). 

030

Tout en haut se trouve le grenier (en fait, il s'agit de l'ancien chemin de ronde qui a été recouvert de toitures). Nous y découvrons de près la superbe cloche, dont la chaîne part de la porte du château (où il est possible de la manoeuvrer) et parvient à elle, en haut du rempart. 

032

Nous descendons l'escalier et nous regroupons de nouveau autour du châtelain qui se soumet à nos questions. Certains s'égayent dans la gigantesque salle qui surmonte les anciennes écuries. Un enfant a alors l'immense privilège d'être coiffé d'un haume d'armure par le propriétaire...

035

Fidèles à leur réputation d'insatiables découvreurs, les Digitaliens en demandent encore... Noëlle les emmènent donc à Peyroux-Vieux, là où le forgeron-sculpteur-ferronnier Adam Varley possède le grand jardin qui héberge ses oeuvres (et celles de son épouse plasticienne).

036

Le couple Varley récupère les objets que d'autres jettent à la poubelle, du métal, du bois, de vieux pneus parfois, ainsi que tout ce qui est en plastique. Ils les transforment ensuite en sculptures ou en compositions, qu'ils enrichissent au passage de pointes d'humour et/ou de messages écologiques.

040

En se  promenant trop rapidement dans ce musée en plein-air, tout un chacun pourrait se tromper sur le compte d'Adam Varley. Ce britannique est un authentique artiste et les collectivités territoriales, tout comme les riches clients qui lui ont passé commandes, ne s'y sont pas trompées !

049

Pour cette inoubliable journée, nous adressons plus de 50 mille merci à Denis et à son épouse, à Bussiéras, ainsi qu'à Madame et Monsieur les propriétaires du château d'Etangsannes, sans oublier le prolifique couple britannique des Varley.

052

Quant à Noëlle, elle aura droit, en plus, à notre entière admiration pour avoir patiemment réussi à orchestrer cette longue journée et nous avoir ainsi donné le loisir de rencontrer de si captivants personnages.. en des lieux franchement inoubliables ! 

051

Cliquez ici pour voir les autres images du village de Bussiéras !

Cliquez ici pour voir les autres images du jardin du couple Varley, à Peyroux-Vieux !

(photos Gilles)