Avant de commencer la visite, je vais vous présenter les généralités du réseau de chaleur de la ville de Guéret... 

001

Dans le cadre d'une Délégation de Service Public de 30 ans, Engie Cofely a mis en service, en Avril 2016, une nouvelle chaufferie bois alimentant un réseau de chaleur à Guéret. La chaufferie centrale produit de la chaleur issue à 86% du bois, une énergie locale et renouvelable.

002

100% de ce bois provient d'un périmètre inférieur à 100 km autour de Guéret. Au total, les besoins annuels s'élèvent à 10.000 tonnes par an. Trois fournisseurs régionaux assurent l'approvisionnent. Le gaz vient en appoint, lors des périodes hivernales et/ou lors des travaux de maintenance des chaudières bois. 

003

Le réseau de chaleur de Guéret représente donc un outil concret dans la transition énergétique en ayant recours à une énergie locale et renouvelable qui permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, grâce à un bilan carbone neutre pour la production énergétique à partir de biomasse bois.

004

L' économie de CO2 est estimée à 6.244 tonnes par an, ce qui équivaut à l' ensemble des émissions produites par tous les véhicules motorisés qui circulent à Guéret pendant un an ! Grâce à la souplesse du mix énergétique et au coût du bois (déconnecté du prix des énergies fossiles), les abonnés au réseau de chaleur de Guéret bénéficient d'une maîtrise de leur facture énergétique dans le temps.

005

 Engie Cofely a investi 9,1 millions d' € dans ce projet et a travaillé avec des entreprises locales durant toute la phase des travaux.

006

Ce projet a bénéficié du soutien financier de l' ADEME pour 3,338 millions d' € dans le cadre du fond chaleur, et de celui de la Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes (100.000 €). Le réseau chaleur s' étend sur 7,6 km. Il dessert 45 sous-stations qui alimentent différents bâtiments...

007

Parmi ceux là, des logements sociaux, le centre hospitalier, des bâtiments publics (administrations, gymnases, musée, salles de spectacles, établissements d'enseignement et bureaux). Les abonnés au réseau de chaleur équivalent à 2 585 logements. 

008

Les 17 digitaliens présents ont commencé la visite par les 3 silos de stockage de plaquettes forestières qui permettent une autonomie de 3 jours (1 silo contient deux semi-remorques de 90 m3 de plaquettes de bois).

009

Le "toploder", un système utilisé pour la 1ère fois en France, permet de ramener le combustible vers l'avant du silo et de remplir un tapis roulant grâce à un rateau géant. Deux chaudières biomasse sont ainsi alimentées. L' une a une puissance de 45 MW, l' autre de 18 MW. La "petite" chaudière fonctionne seule l' été pour la production de l' eau chaude sanitaire nécessaire aux clients.

010

Les cendres récupérées sous chaque chaudière sont valorisables. Elles sont compostées ou vont fertliser les champs. Les cendres volatiles polluantes (car elles renferment des atomes de métaux lourds) qui sont contenues dans les fumées sont piégées dans des filtres à l'aide d'un système de champs electro-magnétiques, lequel limite les rejets dans l'atmosphère.

011

Les résidus sont stockés dans des sacs étanches destinés à l' enfouissement car la technologie actuelle ne sait pas les traiter. La société Suez gère celà. Deux chaudières gaz de 5,8 MW de puissance fonctionnent en appoint suivant les besoins. 

012

A la sortie des chaudières un échangeur de pression, via des pompes, va permettre  de pousser l' eau chauffée à 97°c et à 11 bars de pression (nécessaire pour alimenter l'Hopital de Guéret, le point le plus haut avec un dénivelé de 110 m). L' eau chaude arrive chez le "client" à environ 96°c et revient à 70°c au mieux. 

013

Nous avons terminé la visite par l' unité de "cogénération", située dans un local à côté. Une chaudière gaz y produit de l' électricité revendue à EDF ( puissance électrique 4,5 MW soit l' équivalent de 500 logements). Les calories produites par le moteur du brûleur, par les huiles, par le aérothermes, etc..., sont récupérées et réinjectées dans le réseau de chaleur, ce qui permet ainsi d'économiser encore un peu plus de l'énergie.

014

 Denis (photos Gilles)