Le mercredi 22 octobre, la visite des Jardins en Marche a permis à 23 personnes, digitaliens comme non digitaliens, de découvrir "une architecture végétale qui dialogue en permanence avec le granite, le bois et la porcelaine"...

524

La porcelaine du Limousin y est associée au végétal car, comme lui, elle est à la fois très résistante et... très fragile. Sa transparence changeante est révélée au gré des humeurs du soleil (et il était de bonne humeur le jour de notre visite).

530

Jean-Paul Agier et Pascal Lecerf, pendant près de deux heures, nous ont raconté l'histoire de leur jardin où, partout, il est question de perspectives, d'orientation et de point de vue.

536

Ils l'ont fait naître sur l'emplacement d'une vieille ferme dont le terrain était en friche depuis 50 ans. Patiemment, ils ont dessiné l'un après l'autre (pendant plus de 15 ans) des univers composés de plantes rares venues de tout l'hémisphère nord de notre planète.

543

Des "scènettes" s'y succèdent sur 3500 m2, représentant (dans des espaces parfois assez petits) des mondes exemplaires ou atypiques. Nous y avons également découvert une collection d'aubépines, dispersée parmi les arbres, les arbustes et les innombrables plantes vivaces.

550

Cette collection est composée de plus de 70 variétés différentes. Mais Les Jardins en Marche, se sont aussi plusieurs centaines d'autres végétaux rares (toujours adaptés au climat creusois).

553

Afin de limiter le desherbage fastidieux et l'arrosage de ces 3500 m2, Jean-Paul et Pascal ont paillé tous les massifs, soit avec des copeaux de bois, soit avec des graviers de basalte, soit avec des brisures d'ardoises.

562

Avant d'être mis en place, chaque massif nouveau est l'objet d'études qui prennent en compte le coloris et la forme du feuillage de chaque plante...

563

L'objectif des 2 rigoureux créateurs est d'alterner les couleurs des végétaux mais également ceux qui ont des feuilles rondes avec ceux qui ont des feuilles allongées !

564

Le bois, utilisé comme objets de décoration, marches d'escaliers, terrasses détourant des arbres ou palissades masquant ce que Jean-Paul Agier et Pascal Lecerf ne veulent pas voir, est omniprésent.

575

Dans un univers très rectiligne que dessinent de grandes poutres en bois, des brumisateurs créent (épisodiquement) une ambiance assez surréaliste (en tous cas, inhabituelle dans un jardin). A aimer ou à détester à 100%.

579

Notre visite s'est terminée à la pépinière où un grand nombre des participants à cette visite n'a su résister à l'envie de posséder dans son jardin l'arbre ou la plante rare qu'il avait découvert auparavant dans le jardin de Jean-Paul et Pascal.

582

La visite aux Jardins en Marche est assurément de celle qu'il convient de faire 2 fois : une à l'automne et une autre au printemps... si celà vous tente, bien entendu.

585

Pierre (photos Gilles)