Ceux qui n'ont pas pu venir à la sortie patrimoine du 6 septembre 2014 se doivent de savoir qu'ils ont loupé une journée mémorable ! Elle commence au pied du château de Magnat-l'Estrange, sous un splendide et bienfaisant soleil. Une quinzaine de digitaliens y attendent patiemment le propriétaire des lieux. Une fois arrivé, ce dernier nous raconte qu'il a racheté ce château en 1967 pour l'empêcher de tomber en ruines...

1Les chiens-assis avaient déjà été vendus et la toiture était plutôt mal en point. La porte d'entrée avait (et a toujours) fière allure. Elle (et son propriétaire) nous invitent a pénétrer plus avant...

2

La hall d'entrée est encombré par des objets que nous ne nous attendions pas à trouver là. Ils paraissent assez décidés à nous barrer le passage mais, criant "Monjoie La Digitale", nous passons bravement.

3Le propriétaire du château est un personnage à l'abord sympathique et il nous est difficile de douter totalement de sa capacité à redonner à ce château tout le lustre qu'il avait autrefois.

4

Les pièces du rez de chaussée ont été préservées des intempéries mais pas du caractère désordonné que cultive volontairement le propriétaire (selon ses propres dires). En conséquence, elles sont remplies d'un bric à brac de mille choses très très utiles.

5

L'escalier qui dessert les étages est splendide et digne (bien que beaucoup plus petit) de ceux que vous avez pu voir dans les châteaux de la Loire.

6

Au premier étage, quelques petites salles, qui commencent seulement à prendre des rides et à se dégrader, nous appellent vainement à leur secours.

7

Sans peur et sans reproche, nous, les courageux digitaliens, montons au second. Là, la trop grande proximité avec la partie sans toiture a fait des ravages sévères.

8

Nous battons en repli et parvenons à nous échapper par l'arrière du château. Nous évitons ainsi d'avoir à affronter de nouveau les pièges tendus par les objets du hall d'entrée.

9Nous découvrons alors la trés grande proximité (géographique celle-là) entre le château et l'église, ce qui nous donne le loisir d'admirer les 2 remarquables clochers-murs perpendiculaires de Magnat-l'Estrange.

10Nous quittons ensuite Magnat-l'Estrange et, finalement, allons pique-niquer à l'ombre, au pied du village disparu de Murat, sur la commune de Beissat.

1Sander, un jeune hollandais, nous raconte comment il en a acheté les 10 ruines, avec les 4 hectares de forêt qui les entourent, et ce qu'il entend en faire.

2

En 2008, il a construit un châlet rudimentaire (mais confortable) pour que sa compagne Marie-Josee et lui aient un endroit où dormir.

3

Il a ensuite montré aux digitaliens présents la maison en pierres de taille (qu'il récupère dans les ruines des autres maisons) que Marie-Josee et lui ont commencé à se construire.

4Il explique à notre groupe béat ce dont disposera la future demeure (qu'il veut de style médiéval), notamment sa confortable salle de bain écologique.

5Marie-Josee et Sander produisent des légumes dans un vaste potager. Ils les vendent en haut, à Murat, mais également en bas, au bord de la route qui relie La Courtine à Beissat. Là, les clients se servent eux-même et déposent l'argent de leurs achat dans la boite aux lettres.

6Sander a coupé une trentaine de chênes de la propriété dans lesquels il a débité la future charpente de la future maison. Toutes les pièces sont numérotées et doivent être normalement assemblées au printemps 2015.

7Il nous emmène également dans les bois et nous montre le poële (extérieur) qui sert à chauffer l'eau de la douche (elle aussi extérieure), couplé avec de l'eau chauffée par le soleil.

8

Un peu plus bas, un bassin de phyto-épuration de l'eau tient lieu de piscine où le jeune couple peut se baigner l'été dans une eau limpide et fraîche.

9Sander nous  conduit ensuite là où se trouve son "Bélier hydraulique". Il permet à l'eau de se remonter elle-même, en utilisant l'énergie qu'elle produit en coulant. Cette pompe, auto-alimentée donc, remonte l'eau jusqu'au potager, 45 mètres plus haut.

10Puis, il nous guide vers un autre endroit, toujours au bord du ruisseau. Là, il a installé une turbine électrique et l'eau produit assez d'électricité pour satisfaire aux faibles besoins de Marie-Josee et lui-même.

11

Il nous fait ensuite prendre un chemin qui nous permet d'accèder à un énorme rocher en granite.Trés fièrement, il nous montre la vue magnifique que nous offre ce point de vue. Au loin, le lac de Beissat scintille sous le soleil.

12Nous revenons à Murat et goûtons au double et simple plaisir de nous asseoir et de déguster l'eau du puits que Sander et Marie-Josee nous offrent. Les digitaliens brûlent de mille questions. Sander répond à tous.

13Nous leur achetons des légumes avant de les quitter, arrondissant largement les sommes dûes pour les remercier et les aider tout à la fois. Et maintenant (sachant qu'une charpente neuve est également prête à être posée sur le château de Magnat-l'Estrange), à votre avis, qui, de la maison médiévale de Murat où du château de Magnat recevra le premier sa belle toiture ?

14